Affaires et économie

Des multinationales achètent des entreprises italiennes

Plus de travail, de profit et de productivité: si la production italienne émigre, elle commence à gagner. Les marques qui ont déménagé à l'étranger ne perdent pas leur identité nationale. Selon l'étude, les entreprises italiennes acquises par des multinationales commencent à se développer beaucoup plus activement.

Au cours des dix dernières années, près de 500 entreprises italiennes sont passées aux mains de propriétaires étrangers, alors qu'elles ont créé des emplois, amélioré la productivité et augmenté les bénéfices.

Et tout cela sans perdre l’identité nationale. Un exemple: Valentino appartient aujourd'hui à l'émir du Qatar, mais tout le monde continue de croire que cette marque est exclusivement italienne. Les stéréotypes universels sont brisés par une étude menée par l’association de recherche italienne Prometeia.

Il est largement admis que, dès lors que la marque établie en Italie, Made in Italy, «change de citoyenneté», elle perd immédiatement de la valeur (et des emplois) pour l’économie italienne.

Bien sûr, il y a du vrai là-dedans, mais en même temps le contraire est vrai. Selon l'étude Prometeia intitulée «L'impact des acquisitions étrangères sur les activités des entreprises italiennes», de la fin des années 90 à nos jours, les sociétés acquises par des sociétés étrangères ont atteint des taux assez élevés: leur revenu augmente en moyenne de 2,8% par an; taux d'emploi - de 2%; productivité - de 1,4%.

"En faisant partie de groupes transnationaux", indique le rapport, "ces entreprises ne se contentent pas d'augmenter leurs ventes en pénétrant de nouveaux marchés, ni d'améliorer leur productivité en introduisant des systèmes de gestion de la main-d'œuvre plus avancés. Il est bien plus important que le transfert sous contrôle étranger n'entraîne "augmentation du chômage. Au contraire, en règle générale, les nouvelles recettes monétaires et l'expansion de la production nécessitent une augmentation du nombre de travailleurs."

Il convient d'ajouter que les grandes entreprises multinationales dépensent souvent des sommes énormes dans diverses recherches scientifiques et innovations (un domaine dans lequel l'Italie investit beaucoup moins depuis de nombreuses années que l'Allemagne ou la France). Leur part dans l’ensemble du pays est d’environ 24%, alors qu’environ 7% de l’ensemble des ressources de la main-d’œuvre italienne travaillent pour eux. Encore une chose: les sociétés transnationales ont réussi à atteindre 16,4% du volume total de production du pays et 13,4% de la valeur ajoutée.

Par conséquent, le transfert de propriété ne conduit pas nécessairement à une dégradation du système de production. Au contraire, au niveau mondial, la capacité d’une entreprise à attirer des investissements étrangers est une condition nécessaire de sa compétitivité.

Il suffit de rappeler qu'en 1990, au début de cette transformation économique mondiale, les investissements directs étrangers (IDE) représentaient environ 1/10 du PIB mondial, ils en ont aujourd'hui atteint près du tiers.

D'autre part, plus de la moitié des exportations chinoises sont constituées de produits fabriqués par des sociétés transnationales en Chine. Toute personne qui décide d'attirer des investissements étrangers sur son territoire a plus de chances de gagner dans une guerre des marchés.

Loading...

Articles Populaires

Catégorie Affaires et économie, Article Suivant

Les arrêts de bus en Italie se transforment en œuvres d'art
La culture

Les arrêts de bus en Italie se transforment en œuvres d'art

Les arrêts de bus sont devenus une galerie d'art à ciel ouvert dans la région de Basso, dans la région du Latium, grâce à l'initiative de Creative Tourism. Si nous rappelons les divers éléments du paysage urbain, non seulement en Italie, mais également dans tout autre pays, les canopées situées aux arrêts de bus ne peuvent être qualifiées de particulièrement attrayantes, du moins d'un point de vue esthétique.
Lire La Suite
La moitié des Italiens n'ont pas lu un seul livre en 2013
La culture

La moitié des Italiens n'ont pas lu un seul livre en 2013

Récemment, l'année passée 2013 n'est pas devenue vraiment culturelle pour les Italiens, note le journal Il Isole 24 Ore. Selon les dernières données, les habitants de ce pays ensoleillé étaient si occupés qu’ils n’avaient tout simplement pas le temps, voire le désir de lire au moins un livre. Une étude récente a montré que 39% des Italiens (soit 3,7% de plus qu'en 2012) n'ont participé à aucun événement culturel.
Lire La Suite
Fête du jambon de Parme du 5 au 21 septembre
La culture

Fête du jambon de Parme du 5 au 21 septembre

Le 5 septembre déjà, des milliers de gourmets italiens du monde entier se rendront à Parme pour goûter le Prosciutto di Parma. Pour la dix-septième fois à Parme et dans ses environs, se tiendra le Festival du jambon de Parme (Festival del Prosciutto di Parma). Pendant plusieurs semaines, les invités et les habitants de la ville pourront déguster différents types de produits locaux étonnants.
Lire La Suite
La peinture volée de Gauguin retrouvée 40 ans plus tard en Italie
La culture

La peinture volée de Gauguin retrouvée 40 ans plus tard en Italie

Deux tableaux assez connus, d'une valeur de plusieurs millions d'euros, appartenant aux pinceaux des artistes français Paul Gaugen et Pierre Bonnard, ont été retrouvés en Italie quarante ans après leur disparition mystique à Londres. La peinture «Des fruits sur la table ou la nature avec un petit chien» et le chef-d'œuvre de Bonnard «Une femme avec deux chaises», volés dans l'une des maisons familiales de la capitale britannique dans les années 1970, ont été découverts par la société de travailleurs italienne Fiat.
Lire La Suite